main street-18 years after the destruction by Serbian army and paramilitary forces - the mass grave Ovcara is a few km from here - le charnier de Ovcara est à seulement quelques kilomètres d'ici

Selected for Google Maps and Google Earth

Après trois mois de siège et de bombardements, la ville devenue le symbole de la résistance croate tombe le 18 novembre 1991 aux mains de l'armée fédérale yougoslave appuyée par des milices serbes. Bilan du siège pour le côté croate : 2 000 morts, 2 500 invalides et 2 700 disparus, 50 000 déplacés et une ville en ruine. Le 19 novembre, 260 personnes sont évacuées de l'hôpital municipal par les Serbes. Les experts du TPI ont achevé leurs travaux après avoir exhumé plus de 200 corps du charnier d'Ovcara, une ferme proche de Vukovar, en Croatie, et découvert des indices sérieux laissant penser qu'il s'agit de malades de l'hôpital de la ville exécutés en 1991 par les forces serbes lors de la prise de cette localité. Les fouilles avaient commencé le 1er septembre. «Les derniers corps ont été exhumés vendredi à 14h20 et nous avons retrouvé des indices sérieux laissant croire qu'il s'agit des corps de patients de l'hôpital» de Vukovar, a déclaré le représentant du Tribunal pénal international (TPI), Vladimir Dzuro. «De nombreux documents et des objets médicaux ont été retrouvés dans le charnier. Nous avons également découvert de nombreuses douilles tout autour», a ajouté ce responsable tchèque lors d'une conférence de presse. Ce responsable a encore révélé l'existence d'«un autre charnier localisé dans la région de Vukovar». Après les autopsies, les experts transmettront au TPI, à La Haye, les preuves qu'ils auront récoltées. Trois officiers de la JNA, l'ex-armée yougoslave, sont déjà accusés par le TPI de crimes de guerre à Vukovar.


Mile Mrkšić, ancien colonel dans l'Armée populaire yougoslave (JNA), a été transféré hier au Portugal pour y purger sa peine de 20 ans pour les crimes commis contre les non-Serbes prisonniers de guerre dans le hangar d'Ovčara près de la ville croate de Vukovar.

Mrkšić était l'un des trois anciens officiers de la JNA supérieurs de l'al Mrkšić et al. cas. Il était colonel JNA à l'époque des crimes et le commandant des Gardiens de brigade motorisée et le fonctionnement du Groupe Sud. Il a supervisé toutes les forces serbes dans la région, y compris la JNA, la Défense territoriale (TO) et les forces paramilitaires.

Le 27 Septembre 2007, Mrkšić a été condamné par la Chambre de première instance à 20 ans de réclusion pour complicité de l'assassiner, la torture et le traitement cruel des prisonniers, ainsi que les conditions inhumaines de détention dans le hangar d'Ovčara entre 20 et 21 Novembre 1991 . Sa peine a été confirmée par la Chambre d'appel le 5 mai 2009.

Le 20 Novembre 1991, après la chute de Vukovar à la JNA et les forces paramilitaires serbes, la JNA a chargé environ 260 non-Serbes de l'hôpital de Vukovar dans des bus et transportés les premiers à caserne de la JNA, puis à une porcherie à Ovcara où ils ont été soumis passages à tabac qui a duré pendant des heures. La Chambre de première instance a conclu que, ce soir-là, Mrkšić a retiré les troupes de la JNA en laissant les prisonniers à la merci des membres de la TO et les paramilitaires qui ont ensuite été tués et enterrés au moins 194 d'entre eux dans un charnier à Ovcara. Forces de la JNA qui il commandait avait déjà établi des conditions de détention inhumaines, et il n'a pas agi efficacement pour s'assurer que les prisonniers étaient bien protégés.

Les personnes condamnées par le Tribunal ne purgent pas leur peine dans quartier pénitentiaire du TPIY car il n'est pas un pénitencier. Les phrases sont servis à l'extérieur des Pays-Bas dans un Etat qui a signé un accord sur l'exécution des peines avec le TPIY. À ce jour, le Tribunal a conclu de tels accords avec 17 Etats.

Le Président du Tribunal a rendu sa décision désignant le Portugal comme l'État dans lequel est Mrkšić à purger sa peine le 26 Janvier 2012. Mrkšić est la première personne condamnée à être transférés au Portugal.

Le TPIY a conclu un accord sur l'exécution des peines avec le Portugal le 19 Décembre 2007. Le Tribunal félicite les autorités portugaises pour leur soutien en assurant l'exécution des peines du Tribunal et demande aux États membres pour l'aider à assurer la capacité d'application supplémentaire.

Depuis sa création il y a 19 ans, le Tribunal a mis en accusation 161 personnes pour des violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l'ex-Yougoslavie entre 1991 et 2001. Des poursuites contre 126 personnes ont été conclus et sont actuellement en cours pour 35 accusés.

Show more
Show less
Save Cancel Want to use bold, italic, links?

Comments (6)

Ljiljana “lall” S on November 18, 2012

In memoriam.

Perinic D on November 18, 2012

izbrisao sam sve srpske komentare sa ove slike, jer mi je bilo nemoguce gledati tu hrpu napisanih govana, a mozda nisam trebao jer su bili svjedocanstvo njihovog divljastva i nakon rata - hvala na posjeti..... Damir

Ljiljana “lall” S on November 18, 2012

Pa to su dokumenti stvarnosti. Ove fotografije nikoga ne vrijeđaju. One su antiratne. Nikad više rata, nikome. NO WAR!

Perinic D on November 18, 2012

Vrijedjaju naravno samo one primitivce preko Dunava kojima je Vukovar bio i ostao trn u oku.....

Lloret on September 23, 2013

Interesting streetview, LIKE

Perinic D on September 24, 2013

I hope that now this ruines houses were repaired, I'm not sure, Lloret

have a nice day

Damir

Sign up to comment. Sign in if you already did it.

Photo details

  • Uploaded on September 5, 2008
  • © All Rights Reserved
    by Perinic D
    • Camera: SONY DSC-P10
    • Taken on 2008/06/11 09:35:45
    • Exposure: 0.002s (1/640)
    • Focal Length: 7.90mm
    • F/Stop: f/5.600
    • ISO Speed: ISO100
    • Exposure Bias: 0.00 EV
    • No flash

Groups