La Grande Vapeur à la blue hour

Selected for Google Maps and Google Earth

Comments (1)

Philippe Buffard on April 13, 2007

Je vous représente ce batiment mais au petit matin (avant 7 heures), à la blue hour (marque déposée par Pixelterror!)...

J'étais très content du résultat mais malheureusement cette voiture blanche était présente, j'ai fait avec en cadrant au plus près des portes d'entrée. Mais ce sera un cliché à refaire avec les mêmes réglages.

Une correction de perspective a été appliqué, au niveau des couleurs, c'est identique à ma diapositive.

Voici un monument important dans le développement économique de ma ville, Oyonnax (cité du plastique). Et ce sera normalement l'emplacement du futur Musée du peigne et des plastiques.

Usine de " la Grande Vapeur " - 1905

Entre 1865 et 1867, une première usine appelée " usine de la grande vapeur " fut créée par la Société coopérative du moteur industriel. Des ouvriers-artisans polissaient le celluloïd pour des peignes, louaient des ateliers-cellules disposés autour d'une machine à vapeur centrale et achetaient l'énergie. En 1905, une nouvelle usine est construite par " l'Union électrique ", utilisant le même système de rassemblement d'ateliers indépendants autour d'un même moteur fonctionnant cette fois-ci à l'hydro-électricité (cf. le système employé aujourd'hui par EDF qui vend à chaque particulier de l'énergie électrique).

Classé monument historique en 1988, le bâtiment a été transformé en Musée du peigne et des matières plastiques. L'ouvrage fut réalisé par les entrepreneurs lyonnais Bergeron et Peral, détenteurs pour la région de la licence du procédé Hennebique, sur les plans de l'architecte Auguste Chanard (1878-1934). François Hennebique (1842-1921) fut un ingénieur et architecte français qui compta parmi les pionniers de l'utilisation du béton armé et qui, à partir de 1879, fit de nombreuses expérimentations aboutissant à la réalisation des premières dalles et des premiers éléments préfabriqués en béton. L'usine emprunte un plan en "V" et se divise en deux parties distinctes, avec une tour centrale comprenant les bureaux et le moteur, puis deux ailes comprenant au total soixante cellules-ateliers. Ces deux ailes sont chacune recouvertes d'une toiture-terrasse.

Le béton armé fut utilisé pour la toiture-terrasse, les poutres, les colonnes et les encadrements des fenêtres d'escaliers. Le remplissage est en maçonnerie traditionnelle armée de quelques tirants de fer. Les façades empruntent une composition classique qui ne reflète pas la fonction de l'usine et qui masque l'innovation constructive.

L'établissement utilise de l'énergie hydro-électrique grâce au système de la toiture-terrasse formant un réservoir ou accumulateur sur piliers au-dessus des ateliers. L'énergie motrice est transmise à chaque cellule par le biais d'un arbre courant le long du plafond. Le toit-terrasse servait également à noyer les ateliers en cas d'incendie grâce au système Sprinkler.

Sign up to comment. Sign in if you already did it.

Photo details

  • Uploaded on April 13, 2007
  • © All Rights Reserved
    by Philippe Buffard

Groups