Vasamuséet, Bateau Phare Finngrundet

Selected for Google Maps and Google Earth

Comments (4)

dunham on September 4, 2010

Le Musée Vasa, en suédois Vasamuseet, est un musée situé sur l'île de Djurgården, à Stockholm en Suède. Il a ouvert ses portes en 1990 et est le musée le plus visité de toute la Scandinavie, avec environ 800 000 visiteurs par an. après avoir brulé entièrement en 2001, ce fabuleux musée a été reconstruit à l'identique, mais quelques défauts demeurent, notamment dans l'architecture.

Il abrite le seul navire du XVIIe siècle d'époque, le Vasa. Autour de ce géant baroque sont situées plusieurs expositions qui relatent son histoire et présentent les objets qui étaient à son bord.

dunham on September 4, 2010

Les bateaux-feux sont surtout des produits de la deuxième moitié du XIXe siècle siècle et du début du XXe siècle. Auparavant, des bouées furent d'abord installées pour signaler les bancs de sable stables dans le but de réduire les risques encourus par les bateaux naviguant près des côtes. Progressivement les bancs les plus connus furent indiqués par des bateaux équipés d'une lanterne conséquente. Le premier vrai bateau-feu, le Nore, est mouillé à l'entrée de la Tamise en 1732. Si certains étaient construits spécifiquement pour cet usage, beaucoup seront d'abord des bateaux modifiés, initialement en bois. On commencera réellement à construire des bateaux-feux en série en Angleterre qu'à partir de 1823.

Ces bateaux étaient mouillés en mer, au moyen d'une ancre spéciale, à proximité des hauts-fonds dangereux dont ils signalaient la présence. Ils se trouvaient également aux embouchures des fleuves et dans les passes navigables où il était difficile d'aménager un phare pour délimiter un chenal par manque de fond rocheux. Certains étaient maintenus et manœuvrés par un équipage, d'autres, à fonctionnement automatique, étaient mouillés comme des bouées.

Pour les bateaux-feux habités, la vie à bord de ces navires stationnaires n'était pas toujours facile. Du fait de leur situation immobile, le roulis était impossible à contrecarrer et par gros temps, il incommodait même les plus aguerris des équipages. Le reste du temps, c'était la routine et la monotonie qui s'installaient. Certains ont dès lors servi progressivement de stations météo, d'analyse et d'alerte marine.

Ces bateaux seront utilisés dans un grand nombre de pays du Nord de l'Europe (Allemagne, Grande-Bretagne, Norvège, Suède, France, etc.) ainsi qu'en Amérique du Nord, notamment aux États-Unis. En Europe notamment, les bateaux-feux changeaient de nom selon les bancs de sable où ils étaient affectés (Dyck, Sandettié, Ruytingen, Bassurelle ou Snouw). Avec la généralisation des balises automatiques et l'avènement des techniques de navigation modernes, leur usage a cependant presque disparu.

En France, le service des phares et balises conçut ce genre de navire à l'imitation de ce qui était déjà pratiqué en Angleterre. Trois ports avaient besoin de bateaux-feux pour éclairer leurs approches : Dunkerque, Boulogne et Le Havre. À la fin de la guerre, la flotte française est réduite à trois bâtiments, dont le Dyck construit en 1935 et le Sandettié construit en 1912. Deux nouveaux bâtiments seront mis en chantier : le BF6 (futur Sandettié) et le BF7 (futur Bassurelle). En 126 ans, pas moins de 16 bâtiments se succédèrent ainsi dans le pas de Calais jusqu'en 1989.

Au Canada, les bateaux-feux seront surtout utilisés dans le Saint-Laurent et les grands lacs intérieurs (Saint-Louis ou Saint-François notamment). En 1867, on dénombrait plus d'une douzaine.

JBTHEMILKER on September 27, 2010

Interesting,

dunham on September 27, 2010

Thanks JB

Sign up to comment. Sign in if you already did it.

Photo taken in Djurgården, Östermalm, Stockholm, Sweden

Photo details

  • Uploaded on September 4, 2010
  • © All Rights Reserved
    by dunham
    • Camera: PENTAX PENTAX K20D
    • Exposure: 0.004s (1/250)
    • Focal Length: 42.50mm
    • F/Stop: f/8.000
    • ISO Speed: ISO100
    • Exposure Bias: 0.00 EV
    • No flash

Groups