Memorial du Mardasson, Bastogne

Selected for Google Maps and Google Earth

Comments (1)

dunham on May 23, 2011

L’aventure du mémorial commence le 4 juillet 1946 par l’inauguration d’une dalle commémorative, la «première pierre» du mémorial. Le même jour, le Bourgmestre bastognard de l’époque, Pierre RENQUIN, scella un coffret contenant un peu de terre prélevée à l’emplacement de la dalle et l’envoya au Président américain. Cette stèle, située actuellement au cœur du mémorial, porte l’inscription suivante :

«A ses libérateurs américains, le peuple belge qui se souvient – 4 juillet 1946» Dès l’automne 1946, l’Association belgo-américaine lance un concours de projets architecturaux pour le mémorial : douze candidats, à qui l’on demande des avant-projets, sont présélectionnés ; trois d’entre eux sont invités à présenter des maquettes. L’architecte liégeois Georges DEDOYARD, emportant les suffrages du jury, est proclamé officiellement lauréat en mars 1947.

La construction de l’édifice débute au printemps 1948 : 60.000 mètres cubes de terre et de rochers sont déplacés. Un an plus tard, le gros œuvre est terminé. En juillet 1949, la structure et la plate-forme qui surplombent le mémorial sont achevées. C’est à ce moment que le récit de l’Offensive des Ardennes est gravé sur les colonnes.

Le monument représente une étoile à cinq branches, emblème des Etats-Unis. Une galerie circulaire délimite un espace de recueillement et une frise, sur laquelle est gravé le nom des quarante-huit états américains existant au moment de l’Offensive, couronne le pourtour. La galerie est couverte d’une plate-forme, supportée par nonante colonnes de douze mètres de haut, qui offre une vue panoramique unique sur la ville.

La crypte n’est pas prévue dans le projet initial. Ce n’est qu’en mars 1949 que des femmes américaines, souhaitant un lieu de recueillement, en émettent la demande auprès de l’Ambassade des Etats-Unis en Belgique. Celle-ci est donc creusée en face du monument, en contrebas de l’esplanade. Plus de 350 mines sont nécessaires pour faire sauter les quelques 3.000 mètres cubes de roches à dégager pour laisser place à cet endroit.

A l’intérieur, trois arcades délimitant des niches ont été décorées par des fresques en mosaïque réalisées par Fernand LEGER. En regard de chaque niche, se trouve un autel de marbre. Chacun d’entre eux est réservé à un culte: catholique, à droite, protestant, au centre et juif, à gauche.

Quatre ans après la pose de la première pierre (deux ans après le début effectif des travaux), le Mémorial du Mardasson est inauguré le 16 juillet 1950. 10.000 personnes répondent «présent» pour l’occasion, dont le général Anthony McAULIFFE.

Très vite, le monument devient une halte pour les officiels et les célébrités de passage à Bastogne. En ont, notamment, fait la visite : la princesse Joséphine-Charlotte, en avril 1949 (avant l’inauguration), le Roi Baudouin en 1951, 1969 et 1994, le Roi Albert en 1979 et en 2004, le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse du Luxembourg en 2005, le Prince Bernhard des Pays-Bas en 1984, Neil AMSTRONG en 1987, etc.

Au fil du temps, le mémorial va lentement pénétrer dans les représentations associées à Bastogne. Les commémorations de l’Offensive des Ardennes, les cérémonies patriotiques et les différentes manifestations qui y sont organisées sont autant d’occasions de le mettre en valeur.

Le Mémorial du Mardasson est aujourd’hui un des emblèmes de Bastogne. Il figure sans conteste parmi les monuments de Belgique les mieux connus outre-Atlantique. Cette construction imposante symbolise et symbolisera à jamais la résistance acharnée des soldats américains pour notre liberté à tous.

Sign up to comment. Sign in if you already did it.

Photo details

  • Uploaded on May 23, 2011
  • © All Rights Reserved
    by dunham
    • Camera: PENTAX K20D
    • Taken on 2011/05/18 00:00:00
    • Exposure: 0.006s (1/180)
    • Focal Length: 28.13mm
    • F/Stop: f/6.700
    • ISO Speed: ISO100
    • Exposure Bias: 0.00 EV
    • No flash

Groups