auvelais nécropole nationale

Selected for Google Maps and Google Earth

Le 4 août 1914, la cavalerie allemande franchit la frontière belge et sa 2ème armée a pour objectif la France. Le roi Albert 1er appelle à l'aide la France et le Royaume-Uni. La 5ème armée française veut empêcher les Allemands de traverser la Sambre. Un choc a lieu en Basse-Sambre, le 21 et 22 août entre ces 2 armées. Des milliers de soldats français périront sur le champ de bataille, principalement des bretons du 48ème régiment d'infanterie de Guingamp, du 70ème R.I. de Vitré et du 71ème R.I. de Saint-Brieuc. Le 19 août 1934, le cimetière national français d'Auvelais sera inauguré dans sa forme actuelle. Les tombes seront alignées en forme de cromlech sur le sommet d'une colline dans un sous-bois et un phare breton en granit sera érigé. Ces différents éléments rappelleront le pays natal aux valeureux soldats français tombés en Basse-Sambre. Nous comprenons maintenant pourquoi le cimetière français est appelé le "Phare breton" par les Auvelaisiens. Un faisceau de lumière, de liberté nous est venu de Bretagne, de France et s'est déposé sur les berges de la Sambre.

La nécropole nationale française d’Auvelais ; appelée aussi « le phare breton » ; est entretenu à perpétuité aux frais de l'Etat français par le Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Dans ce cimetière sont enterrés 417 soldats français morts dans la Basse-Sambre lors des 2 guerres mondiales (345 durant la grande guerre et 72 durant la seconde guerre mondiale). Parmi les stèles en forme de croix, une stèle musulmane arbore un croissant. Ces stèles répondent aux prescriptions d’une circulaire du ministre de la Guerre français, Alexandre Millerand, du 3/12/1914. La tombe doit être orientée vers La Mecque, et décorée de l'étoile et du croissant. Celle-ci, dont le sommet est en forme d'arc outrepassé, de style néo- mauresque, porte gravée dans sa partie supérieure, l'inscription en caractères arabes " ceci est la tombe du défunt " ; en son milieu, une plaque analogue à celle de toutes les tombes militaires, indique, en caractères latins, le nom, le prénom, l'unité, et les dates de naissance et de décès.

Construit en 1934, avec du granit de Bretagne. Il est la reproduction exacte d'un de ces nombreux phares de la côte bretonne.

Il a été inauguré le 19 août 1934, à la mémoire des soldats tombés sur le territoire d'Auvelais et d'Arsimont pendant les journées des 21 et 22 août 1914.

Ce monument est entouré d'un cimetière, où reposent les corps des officiers et soldats français. Il rappelle le courage, la bravoure, le sacrifice de ceux qui, au nom de la liberté, donnèrent leur vie pour repousser l'oppression.

Show more
Show less
Save Cancel Want to use bold, italic, links?

Sign up to comment. Sign in if you already did it.

Photo details

  • Uploaded on January 15, 2012
  • © All Rights Reserved
    by thiarmen
    • Camera: SONY DSC-H55
    • Taken on 2012/01/15 14:56:17
    • Exposure: 0.006s (1/160)
    • Focal Length: 4.25mm
    • F/Stop: f/3.500
    • ISO Speed: ISO80
    • Exposure Bias: 0.00 EV
    • No flash

Groups