☮I'm a farmer, I don't know how to speak to twenty people at one time, let alone a crowd like this. But I think you people have proven something to the world — not only to the Town of Bethel, or Sullivan County, or New York State; you've proven something to the world. Thank you Max Yagsgur.☮

Selected for Google Maps and Google Earth

Comments (4)

laurent Esse on May 19, 2012

Heureusement que j'suis là!... Tous les voisins de Max sont d'accord : quel enfoiré, celui-ci, d'avoir loué son champ à une bande de hippies tarés et drogués pour écouter une musique de dégénérés. Le Flower Power, tu parles ! Ils ont piétiné leurs fleurs et leurs cultures. Qui va payer pour les dégâts collatéraux de Woodstock ? Ce sera Max !

Yasgur était juif américain reconverti dans la production de lait. Comme le printemps pluvieux avait foutu en l'air ses prairies, il avait accepté de louer à Michael Lang un grand terrain pour accueillir le Festival de Woodstock. Les 50 000 dollars du contrat lui serviraient à acheter du foin pour nourrir ses vaches laitières. Ce qu'il n'avait pas prévu, le Max, c'est la foule qui déboulerait. Elle commença à arriver le 13 juillet 1969, veille du concert. Quelques centaines de hippies qui, par un prompt renfort, se virent plusieurs centaines de milliers arrivant à bon port. C'est-à-dire chez Max. D'abord effrayé par la foule, il est vite conquis par ces babas cool qui lui rappellent ses enfants.

L'organisation du festival étant un parfait foutoir, rien n'est prévu pour désaltérer les spectateurs. Quelques voisins de Yasgur se mettent alors à parcourir le site en vendant à prix d'or de l'eau. Scandalisé, le propriétaire des lieux leur demande de cesser et organise, avec sa famille, une distribution gratuite d'eau dans des bouteilles de lait vides.

Vers la fin du festival, juste avant le passage de Joe Cocker, Max Yasgur monte sur scène pour prononcer quelques mots. "La chose importante, c'est que vous avez prouvé au monde qu'un demi-million de gosses peut se rassembler et avoir trois jours de fête et de musique, et n'avoir rien d'autre que de la fête et de la musique, et que Dieu vous bénisse pour cela !"

Pas sûr que ses paroles pénètrent jusqu'aux premières synapses encannabisées des spectateurs. Peu importe, ils applaudissent. Mais entre deux morceaux de musique, ils vont aussi se dégourdir les jambes, la vessie et le reste chez les voisins de Yasgur. Si les hippies consomment beaucoup d'herbes, ils ne savent pas toujours respecter celle des bons paysans américains. D'où la colère des propriétaires, et ce n'est pas d'entendre Jimi Hendrix jouer à sa manière l'hymne américain qui les calme.

Donc, en ce 7 janvier 1970, plusieurs mois après le festival, Max Yasgur se retrouve devant le tribunal. Du coup, il n'ose même plus mettre les pieds en ville. Heureusement, il gagne le procès. Néanmoins, l'année suivante, il refuse d'accueillir un revival du festival. Il a assez donné. Quelques mois après, il vend sa ferme, puis décède un an et demi plus tard d'une attaque cardiaque.

Plusieurs chansons de l'époque évoquent Woodstock et la ferme de Yasgur, la plus célèbre étant le Woodstock de Joni Mitchell, même si celle-ci n'était pas présente lors du festival.

☮Ronan 56 countries☮ on May 19, 2012

Bon c´est vrai que ca a été déclaré zone sinistrée, mais quelle époque quand meme ! Le meilleur week end de ma vie que m´a dit un gars qui vit a coté...Au fait bonhomme,ton article c´est tres bien, mais c´était en aout...

kleretnet on May 19, 2012

J'ai rien compris...

☮Ronan 56 countries☮ on May 20, 2012

Vas voir sur wikipedia max yagsgur et tu comprendras !

Sign up to comment. Sign in if you already did it.

Photo details

  • Uploaded on May 19, 2012
  • © All Rights Reserved
    by ☮Ronan 56 countries☮
    • Camera: Panasonic DMC-FZ45
    • Taken on 2012/05/04 17:58:56
    • Exposure: 0.003s (1/320)
    • Focal Length: 4.50mm
    • F/Stop: f/5.600
    • ISO Speed: ISO125
    • Exposure Bias: 0.00 EV
    • No flash

Groups