Villa Belza

Selected for Google Maps and Google Earth

My whole gallery in one page
Full screen

La construction de la maison fut confiée à l'architecte Alphonse Bertrand secondé par l'entrepreneur A. Joly. N'étaient son spectaculaire donjon néo-moyenâgeux et sa tourelle en poivrière construits par Dominique Morin en 1889, la villa de plan rectangulaire serait, somme toute assez banale.

Sa situation insolite sur les rochers, sa proximité avec le "Pont du Diable", son nom de "Belza" signifiant noir en basque, en ont fait pendant des décennies l'antre du mystère, alimentant les légendes les plus folles de sorcellerie ou de revenants.

En 1908, le cinéma mit à profit ce site exceptionnel pour servir de décor à diverses scènes de films.

En 1923, la propriétaire Mme Dufresnay loua la maison à Grégoire Beliankine, beau-frère d'Igor Stravinsky. Il reconvertit la villa en restaurant russe, mais ne pouvant utiliser le nom de Belza, il l'appela le Château Basque. Des dîners de gala somptueux s'y déroulèrent.

Il y eut la fête russe et la fête japonaise auxquelles succèdèrent la fête de Neptune et celle de Bacchus. Pour les nuits d'Afrique, le jardin devint forêt vierge. Rien n'y manquait, ni les lianes, ni les animaux exotiques, depuis le gorille jusqu'au boa enroulé autour d'un...tamaris.

En 1926, les choeurs cosaques firent entendre tous les soirs les airs populaires russes, après quoi, sans transition, on dansait le charleston avec frénésie.

Le Prince de Galles, futur Edouard VIII, était un adepte convaincu de ses soirées. Les grands-ducs russes se croyaient revenus au pays et s'en donnaient à coeur joie.

En 1927, entièrement rénové, le cabaret reçut ses clients dans une salle transformée en auberge campagnarde du XVIIe siècle, à l'époque des mousquetaires, avec du mobilier Louis XIII, murs tapissés de tentures rouges...

Le krack boursier de 1929 n'empêcha pas la fête de continuer mais rien ne serait plus comme avant et le pire était à venir.

Après avoir été réquisitionnée en 1940, elle fut restaurée et divisée en 7 appartements. Mais la discorde entre les copropriétaires fut à la base de la dégradation de la Villa Belza qui subit un premier incendie. Elle fut rachetée et la tour restaurée, mais le 8 Juin 1974, un second incendie ravagea la maison détruisant les deuxième et troisième étages. Il y eut des procès interminables, des lenteurs administratives, la maison resta ouverte à tout vent, vite squattée.

Mais, le miracle se produisit : un marchand de biens parisien racheta tous les lots et rénova la maison qui menaçait ruine.

En 1997, la Ville de Biarritz a classé la Villa Belza.

d'après www.biarritz.ovh.org/villas/Belza.html

Show more
Show less
Save Cancel Want to use bold, italic, links?

Comments (111)

Jimli on April 25, 2013

Amazing photo, beautiful work! L+F!
Regards, Jim.

Catherine A on May 3, 2013

Très étrange construction que le mouvement des nuages et la noirceur du ciel rendent encore plus mystérieuse. Très beau rendu. L+F. Cordialement, Catherine.

Olivier Faugeras on May 16, 2013

Merci pour vos étoiles Catherine, Jim et Kostas.

Biobauer 🌻 on May 31, 2013

L+F Greetings Jens

Vassilis Arvanitopou… on June 7, 2013

It is great, Vassilis

Olivier Faugeras on September 29, 2013

Thanks a lot Jens, Vassilis and Friedrich.

Sorry for the late reply :-(

jose fernandez on March 8, 2014

Bonita imagen buena foto LIKE

Rosa M. Olivan M.(-… on May 3, 2014

expectacular ++++++++++++

A.L. Photography on August 12, 2014

Magnifique photo !

Olivier Faugeras on August 15, 2014

Merci Elmut, Rosa M. et A.L.

Darja Brus on May 17, 2015

Excellent work! BIG LIKE! Greetings from Slovenia, Darja.

Sign up to comment. Sign in if you already did it.

Photo details

  • Uploaded on October 21, 2012
  • © All Rights Reserved
    by Olivier Faugeras
    • Camera: PENTAX Corporation PENTAX K10D
    • Taken on 2012/09/10 12:36:36
    • Exposure: 0.008s (1/125)
    • Focal Length: 18.00mm
    • F/Stop: f/8.000
    • ISO Speed: ISO100
    • Exposure Bias: 0.00 EV
    • No flash

Groups